Les styles de base traditionnels des citations bibliographiques sont deux, le système Harvard et le système de notes de bas de page. Ils sont expliqués plus en détail ci-dessous.

1. Système de citations de notes de bas de page

D’une part, il y a le système de citations de notes de bas de page, également appelé système du Corps des archivistes et des bibliothécaires. Cela vous permet d’enrichir le discours de digressions sans interrompre le rythme du texte (sauf s’il est plein de notes, ce qui est clairement déconseillé). Ce système a été utilisé assidûment dans des disciplines historiques telles que l’Histoire Moderna ou Contemporáneo, pour ne citer que quelques exemples.

Suivant le système susmentionné, il peut être demandé si une bibliographie finale devrait également être incluse. Dans le cas où l’auteur peut choisir, la réponse dépend des critères de chacun, mais elle guide l’étendue du travail effectué: s’il est très court, il suffit de le citer en bas de page ; s’il est long (comme un livre), il doit également comporter une bibliographie finale (triée par ordre alphabétique des noms de famille). Si l’auteur n’est pas en mesure de choisir, il adopte la règle qui lui est donnée.

Selon ce système, chaque citation varie en fonction du type de travail qui est destiné à être référé. Ici, je vais suivre et résumer brièvement les normes modernes, qui sont collectées par exemple par le Journal of Education (ce qui ne signifie pas que ce sont celles que j’utilise habituellement). En général, le nom et le prénom de l’auteur vont en premier, puis l’année entre parenthèses, plus le titre de l’œuvre (qui sera en italique s’il s’agit d’un livre ou en rond s’il s’agit d’un article ou d’un chapitre de livre), ainsi que les données de publication de l’œuvre (année, éditeur) et les pages. En particulier, ce sont les références spécifiques qui doivent être citées, pour lesquelles je suis à tout moment les normes APA qui apparaissent sur le site Web du ministère de l’Éducation d’Espagne, où vous pouvez approfondir vos connaissances.

S’il s’agit d’un livre, le nom de l’auteur sera en majuscule, l’initiale du nom, l’année de publication entre parenthèses, le titre en italique, le lieu d’édition et l’éditeur, séparés par les signes de ponctuation qui apparaissent dans l’exemple. Si le nom de famille est inhabituel, il est correct de mettre le premier, et s’il est très courant, vous pouvez placer un trait d’union au milieu. Ce critère sur les noms sera désormais compris. Voir l’exemple suivant :

MARTÍNEZ-MARTÍN, J.A. (1991). Lectora y lectores en el Madrid del siglo XIX. Madrid: CSIC.

Dans le cas de livres anciens, qui n’avaient pas d’éditorial, le nom de l’imprimeur peut être cité. Ces informations peuvent faciliter sa localisation (“Madrid, Guillermo Foquel, 1590” “.

S’il s’agit d’un article, le nom de famille de l’auteur plus l’initiale, l’année entre parenthèses, le titre de l’article, le nom de la revue en italique, avec le volume, plus les pages séparées par un trait d’union. Exemple :

CARDIM, P. (1996). Entre textes et discours. Historiographie et pouvoir du langage. Cuadernos de Historia Moderna, 17, 130-150.

Pour les chapitres de livres communs et d’ouvrages collectifs, l’auteur du chapitre, l’année entre parenthèses, le titre, la préposition “en” plus le nom et l’initiale de l’éditeur, du directeur ou du coordinateur (y compris sous forme abrégée entre parenthèses: ed., dir. coord.), le titre de la monographie en italique, ainsi que l’édition des données et des pages. Exemple :

BRAVO-LOZANO, J. (2004). Langage politique des conseils ruraux : le Conseil ouvert. Dans ARANDA-PÉREZ, F. J. (coord.), Le monde rural dans Moderna España. Moderne moderne de la VII Reunión Científica de la Fundación Española de Historia Moderna, Cuenca: Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 1159-1170.

Lorsque les citations d’une même œuvre sont répétées, le système latin classique de citation de l’auteur plus l’opus cit (qui tombe en désuétude) et la date d’édition peuvent être cités. Dans un autre style, vous pouvez citer l’auteur et répéter les premiers mots de l’œuvre en ajoutant des points de suspension, avec la ou les pages, le cas échéant. Voir les cas ci-dessus :

BRAVO-LOZANO, J. (2004). Langage politique des conseils…, 1170.

BRAVO-LOZANO, J. (2004). Op. cit., 1170.

En plus de ces citations de notes de bas de page, si un travail important a été écrit, il doit également inclure à la fin une bibliographie qui inclut tout ce qui a été précédemment cité. La bibliographie suivra un ordre alphabétique des noms de famille, en ajoutant le total des pages qui occupent chaque article ou chaque chapitre du livre.

Si plusieurs œuvres du même auteur sont répétées, il est possible de mettre plusieurs traits d’union, au lieu de recopier leur nom et prénom (–).

Au cas où il n’y aurait pas d’auteur spécifique, ce qui est courant dans les cas de répertoires, dictionnaires, encyclopédies, etc., il est très courant d’écrire directement le titre et le premier mot en majuscules:

MANUEL de style général (1995). Madrid: Presse Playor-Signatures.

2. Harvard citation system

D’autre part, il existe le système de citation susmentionné appelé Harvard. Il est concis et évite les digressions: tout ce qui est important est mentionné dans le corps du texte. Si les données citées sont peu pertinentes, cela signifie qu’elles sont dispensables, ergo ne doit pas être inclus dans le texte ou dans le pied de page. Il est largement utilisé par exemple dans les publications d’archéologie et d’anthropologie. Ce système consiste à citer sous forme abrégée dans le texte, entre parenthèses, le nom de famille de l’auteur auquel on veut se référer, et l’année de publication (CARDIM, 1996). Si vous souhaitez citer plusieurs ouvrages publiés la même année par le même auteur, ils sont mentionnés par lettres minuscules dans l’ordre alphabétique (CARDIM, 1996a, 1996b). Si l’auteur est cité dans le texte, seule l’année est placée entre parenthèses. Une autre option renouvelée ajoute, dans la même parenthèse, deux points de plus les pages spécifiques, dans les cas où le fait visé est situé de manière ponctuelle, au lieu de dans l’œuvre complète. Par exemple, ce texte que j’ai inventé ici est valable:

“Antonio Zozaya (1927:207) a critiqué l’égalisation erronée du terme Constitution au terme Charte accordée il y a plusieurs décennies. Au cours de notre siècle, un auteur octogénaire s’est fait l’écho de cette erreur grossière (HERCILLA, 2005). Malgré les avertissements, les politiciens continuent d’utiliser les deux termes sans discernement comme synonymes. De plus, au lieu de la corriger, ils ont maintenant également rendu à la mode d’assimiler la Magna Carta à la constitution.”

À la fin de l’étude, il y aura une bibliographie développée qui doit offrir la référence de chaque ouvrage cité par ordre alphabétique des noms de famille, plus le nom (ou l’initiale, suivant le critère choisi). N’oubliez pas que si un auteur a plusieurs œuvres publiées dans la même année, les lettres minuscules sont ajoutées par ordre alphabétique (1990a, 1990b). Les mêmes critères que ceux mentionnés ci-dessus peuvent être suivis. Exemple :

Bibliographie :

BRAVO-LOZANO, J. (2004). Langage politique des conseils ruraux : le Conseil ouvert. Dans ARANDA-PÉREZ, F. J. (coord.), Le monde rural dans Moderna España. Actes de la VII Réunion scientifique de la Fondation Espagnole d’Histoire Moderne, Cuenca: Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, pp. 1159-1170.

CARDIM, P. (1996). Entre textes et discours. Historiographie et pouvoir du langage. Cuadernos de Historia Moderna, 17, p. 130-150.

HERCILLA, J. M. (2005). Constitution et Charte accordées. Es Diari, Journal numérique de Menoria. Retrieved October 10, 2005, http://www.esdiari.com/2034-constitucion-y-carta-otorgada.html

MARTÍNEZ-MARTÍN, J.A. (1991). Lectora y lectores en el Madrid del siglo XIX. Madrid: CSIC.

ZOZAYA, A. (1927). Idéogramme. Madrid : Société Espagnole de Bibliothèque.

Plusieurs formes de citations hybrides ont maintenant proliféré qui mélangent deux styles, le Harvard avec les notes de bas de page. Cette procédure est déroutante. Je recommande de respecter l’un ou l’autre, selon le but recherché. Cela, tant que vous pouvez choisir, car en cas de publication d’une œuvre et que l’éditeur dicte des règles, celles-ci seront suivies sans objection. Par exemple, les règles que j’utilise ici pour éditer ce guide (pas parfois pour illustrer des exemples) sont celles dictées par le Journal of Education dans ses Règles de publication, qui sont régies par les Règles de l’APA citées ci-dessus. Dans tous les cas, dans une œuvre, les mêmes critères seront toujours utilisés pour citer.

Les mêmes critères seront également suivis dans le même travail concernant tous les détails formels où il y a parfois une liberté de choix. Il y a quelques questions facultatives, qui dépendent parfois de vos propres critères (sur la citation de l’éditeur, le nom de l’auteur ou seulement l’initiale, plus un long etc.). Sur ces critères, des décisions pratiques doivent être prises, telles que l’enregistrement d’un maximum d’informations lors de la copie de la référence à une œuvre utilisée, qui peut toujours être supprimée si le destinataire de l’œuvre demande moins d’informations.

Concernant le nom de l’auteur, s’il est cité en entier, des observations peuvent être faites en s’adressant à lui de manière personnalisée, sans confondre les hommes avec les femmes. Cependant, dans certains cas, c’est impossible, comme dans les éditions en vieil anglais où seule l’initiale d’un nom est enregistrée. Cela nous permet également de savoir de qui il s’agit, car parfois certains noms de famille sont devenus célèbres et plusieurs auteurs s’en vantent (comme Thompson). Si le travail a plus de trois auteurs, il peut être résumé avec VV.AA (acronyme de “plusieurs auteurs”) ou con et alii.

Règles de base pour citer les pages Internet

Les pages Internet, à mon avis, sont difficiles à citer, car elles manquent généralement de données de base, telles que leur date de création, par exemple. Pour cette raison, de manière très élémentaire, je vous recommande de suivre la même approche et la même structure pour les autres références, dans la mesure du possible, tandis que si elle n’a pas de données le bannir, en essayant de garder la structure classique, en citant du particulier au général (auteur, “titre, surtout du plomb”, l’auteur du blog, titre général du blog ou de la page. Lieu de publication : éditeur/institution, date, lien).

En plus de ce système simple qui sert à sortir du chemin, pour ceux qui ont besoin d’une directive bien détaillée, je vais directement rassembler les exemples donnés par Julio César Penagos Corzo dans sa page sur les normes APA à citer, en le simplifiant, ce qui m’a été très utile lors de la rédaction de cette section.

Pour citer un site web, lorsque l’auteur est le même que la page où est hébergé l’élément à citer, la page d’accueil sera donnée comme référence. Dans le texte lui-même, style Harvard, la page plus l’année est citée comme suit: (American Psychological Association, 2003). Si la référence doit être fournie pour citer par exemple en note de bas de page, elle sera citée comme suit:

American Psychological Association. (2003). Style APA: Références électroniques. Récupéré le 21 février 2008 de http://www.apastyle.org/elecref.html

Lorsque l’auteur est différent du site Web d’hébergement, dans le texte, style Harvard, l’auteur est cité entre parenthèses ainsi que l’année (Consejo Pro Creatividad, 2001). Pour fournir la référence dans une note de bas de page, la formule suivante est utilisée:

Astuce de créativité Pro. (2001). Introduction et définitions. Extrait le 4 octobre 2007 de la Creativida e Innovación: http://homepage.mac.com/penagoscorzo

La page Penagos Corzo susmentionnée résume d’innombrables sources à citer; elle indique même comment citer des films. Comme il est si complet, je recommande votre consultation.

Comment citer des données du soi-disant web social?

À l’Université de la Laguna, ils ont publié un moyen très clair et simple de citer des sources provenant des réseaux sociaux, d’un article de blog, d’un e-mail, de twitter, d’une vidéo youtube ou même de facebook. Disponible en cliquant ici.

Voir RÈGLES de catalogage, I, Monographies et feuilletons (1985). Madrid: Ministerio de Cultura, DGLB.

MEC (2012): Journal of Education, récupéré le 30 avril 2010 à http://www.revistaeducacion.mec.es/anexos_normas/anexo_4.pdf

MEC (2012): APA Stile, récupéré le 20 avril 2009 à http://www.apastyle.org.

___

Comment citer ce blog? / Citez ce blog. ISSN:2444-8885

Leonor Zozaya création.commons

Leonor Zozaya-Montes

Historienne. Professeur de paléographie et de sujets liés à l’écriture ancienne, et chercheur, principalement dédié à la Moderna (et moins au Moyen Âge).Auteur de pages sur la paléographie, l’écriture, la lutherie, la musique populaire de tradition orale, les inventions de la musique, les vaudevilles, etc. Elle développe également des facettes liées à la musique et aux arts plastiques.

Plus d’articles – Site Web

Suivez-moi:
TwitterFacebookLinkedInGoogle PlusFlickr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.