Lois sur l’emploi à volonté et les licenciements injustifiés en Virginie

Lorsqu’un employeur envisage de licencier un employé, il est important de s’assurer que le licenciement ne viole aucun des droits de l’employé avant de le poursuivre. Sinon, cela pourrait être considéré comme un licenciement abusif. En raison de la doctrine de l’emploi à volonté, l’entreprise est libre de se séparer du travailleur sans avoir besoin de fournir une raison ou un préavis dans la plupart des cas. Cependant, il existe des exceptions étatiques et fédérales à la loi, et si un employé peut prouver que l’une d’entre elles s’applique, l’entreprise peut faire l’objet d’une action en justice. Comprendre quand une exception peut être pertinente peut être utile aux employeurs lors de la planification d’une mise à pied ou d’un licenciement.

Emploi à volonté en Virginie

Parce que la Virginie a un statut d’emploi à volonté, la plupart des emplois dans l’État ne permettent pas aux employés de contester une décharge. Par conséquent, les employés à volonté sont soumis aux besoins de l’entreprise et peuvent être libérés à tout moment sans préavis.

Licenciement abusif en Virginie

L’État reconnaît quelques exceptions à l’emploi à volonté, et violer l’une d’entre elles constitue un licenciement injustifié. Par exemple, un employeur ne peut pas ignorer les termes d’un contrat de travail ou exercer des représailles contre un employé qui a signalé des conditions de travail dangereuses à la U.S. Occupational Safety and Health Administration. Il existe également des lois fédérales et étatiques qui empêchent les employés d’être licenciés pour cause de discrimination.

Rupture de contrat: En Virginie, un contrat de travail doit traiter spécifiquement des conditions pouvant conduire à la résiliation. De nombreuses entreprises ont des manuels ou des politiques des employés qui décrivent quelles activités sont des motifs de licenciement. Bien que celles-ci puissent sembler impliquer l’existence d’un contrat, elles ne constituent généralement pas une exception à l’emploi à volonté, de sorte qu’agir contrairement à celles-ci ne constitue pas une rupture de contrat.

Les syndicats ont souvent des conventions collectives qui empêchent les employés qui sont membres d’être licenciés sans motif. Ceux-ci décrivent généralement les circonstances qui pourraient entraîner un licenciement, mais ils offrent généralement aux employés la possibilité de corriger les problèmes et d’éviter de perdre leur emploi.

Certaines entreprises négocient des contrats avec des employés individuels, et ceux-ci ont souvent des conditions traitant de la résiliation. Ceux-ci sont rarement offerts aux travailleurs de bas niveau. Au lieu de cela, ils ont tendance à être offerts aux cadres.

Discrimination: Les personnes qui travaillent pour des entreprises de moins de 15 employés ne sont pas protégées par la loi fédérale qui interdit le licenciement basé sur le statut de citoyenneté, l’origine nationale, la couleur, la race, le sexe, les informations génétiques, la religion, le handicap ou la grossesse. Cependant, la loi antidiscrimination de Virginie a des termes différents. Les entreprises qui emploient entre six et 15 travailleurs ne peuvent pas licencier des employés pour l’un des traits protégés ci-dessus, à l’exception du statut de citoyenneté, et la Virginie n’autorise pas la discrimination basée sur l’état matrimonial.

Représailles: Les représailles sont une action punitive contre un employé qui a exercé une activité légalement protégée et, dans la plupart des circonstances, elles sont considérées comme un licenciement injustifié. Par exemple, un employeur ne peut pas licencier un travailleur qui enregistre une plainte pour violation de la sécurité auprès de l’OSHA ou qui demande des indemnités d’accident du travail. Les employés agissent également dans le cadre de leurs droits s’ils protestent contre une violation du salaire minimum de l’État ou des lois sur le travail des enfants, entre autres.

Politique publique: Parfois, les employés se voient accorder des droits basés sur les politiques publiques de la Virginie. Ceux-ci se réfèrent aux lois des États qui protègent les intérêts publics, tels que la sécurité, la santé, les droits de propriété et les libertés individuelles. Des exemples d’actions protégées fondées sur l’ordre public comprennent le signalement pour devoir de jury ou le refus de se livrer à une activité illégale.

Un autre exemple concerne les lois sur les valeurs mobilières de Virginie, qui donnent aux actionnaires le droit de vote sur les questions d’entreprise lors des réunions. Un employeur ne peut pas licencier un employé pour avoir exercé ce droit ou pour avoir protesté contre la violation de ce droit.

La décharge de représailles n’est pas traitée de la même manière que la décharge injustifiée par la Cour suprême de Virginie. Lorsque les réclamations sont fondées sur des politiques qui sont sous-entendues par une loi plutôt que spécifiquement énoncées, le tribunal est moins susceptible de se prononcer en faveur de l’employé qui intente l’action.

Mentions légales

Le contenu de notre site Web est uniquement destiné à fournir des informations générales et ne constitue pas un conseil juridique. Nous faisons de notre mieux pour nous assurer que les informations sont exactes, mais nous ne pouvons pas les garantir. Ne vous fiez pas au contenu comme un conseil juridique. Pour de l’aide avec des problèmes juridiques ou pour une demande juridique, veuillez contacter votre avocat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.