Croyez-vous au Destin ou au Destin?

J’ai toujours eu une impression négative du destin, et une impression plus positive du destin.

Quelle est la distinction, demandez-vous ? Si le destin et le destin signifient que les choses se passent sans contrôle de notre part, en quoi diffèrent-elles? Regardons les définitions du dictionnaire:

Destin: le développement d’événements indépendants de la volonté d’une personne, considérés comme déterminés par un pouvoir surnaturel.

Destin: les événements qui arriveront nécessairement à une personne ou à une chose en particulier à l’avenir.

Ainsi, avec le destin, les choses se passent hors de notre contrôle — mais avec le destin, nous exerçons au moins un contrôle conditionnel sur notre avenir.

Voyez-vous pourquoi j’ai toujours mieux aimé destiny ? Je me sens beaucoup plus à l’aise de savoir que mes propres actions influencent ce qui m’arrivera, plutôt que seulement de larges forces extérieures.

Bien sûr, c’est une pensée spécieuse car aucun de nous n’a de contrôle sur les événements extérieurs — nous n’avons de contrôle que sur nous-mêmes. Donc le destin est fait accompli, les événements que nous sommes impuissants à arrêter; et le destin est la capacité, aussi légère soit-elle, de modeler conditionnellement l’avenir par le caractère et les actions.

Croyez-vous au destin ou au destin ?

Il me semble que par ces définitions, nous devons accepter les deux dans nos vies, à bras ouverts et sans crainte. Les enseignements baha’i le définissent ainsi :

Le destin est de deux sortes : L’un est irrévocable et l’autre est conditionnel, ou, comme on dit, imminent. Le destin irrévocable est ce qui ne peut pas être changé ou altéré, tandis que le destin conditionnel est ce qui peut ou non se produire. Ainsi, le destin irrévocable de cette lampe est que son huile sera brûlée et consommée. Son extinction éventuelle est donc certaine, et il est impossible de changer ou d’altérer ce résultat, car tel est son destin irrévocable

Mais le destin conditionnel peut être assimilé à ceci: Alors qu’il reste encore de l’huile, un vent fort souffle et éteint la lampe. Ce sort est conditionnel. Il est opportun d’éviter ce destin, de s’en prémunir et d’être prudent et prudent. – Abdu’l-Baha, Quelques réponses Aux Questions, nouvelle édition révisée, p. 283.

Pour suivre cette analogie, la lampe elle-même ne peut rien faire d’autre que de remplir son objectif créé: brûler de l’huile et maintenir la flamme allumée. L’huile représente la capacité qu’on nous donne dans cette vie, pas le temps que nous avons sur Terre.

Alors, quel est le but d’un être humain sur cette planète, dans cette vie? Sommes-nous ici juste pour brûler notre huile?

Comme le but de l’huile est d’allumer la lampe, le but de notre âme est d’allumer notre esprit. De même que la lampe éclaire une maison, nos vies éclairent le monde, transcendant ” le monde de l’existence matérielle ” :

L’homme est intelligent, instinctivement et consciemment intelligent ; la nature ne l’est pas. L’homme est fortifié de mémoire ; la nature ne la possède pas. L’homme est le découvreur des mystères de la nature; la nature n’est pas consciente de ces mystères elle-même. Il est donc évident que l’homme a un double aspect: en tant qu’animal, il est soumis à la nature, mais dans son être spirituel ou conscient, il transcende le monde de l’existence matérielle. Ses pouvoirs spirituels, étant plus nobles et plus élevés, possèdent des vertus dont la nature n’a intrinsèquement aucune preuve; par conséquent, ils triomphent des conditions naturelles. Ces vertus ou pouvoirs idéaux chez l’homme surpassent ou entourent la nature, comprennent les lois et les phénomènes naturels, pénètrent les mystères de l’inconnu et de l’invisible et les amènent dans le domaine du connu et du visible. Tous les arts et les sciences existants étaient autrefois des secrets cachés de la nature. Par son commandement et son contrôle de la nature, l’homme les a sortis du plan de l’invisible et les a révélés dans le plan de la visibilité, alors que selon les exigences de la nature, ces secrets auraient dû rester latents et cachés. Selon les exigences de la nature, l’électricité devrait être une puissance cachée et mystérieuse ; mais l’intelligence pénétrante de l’homme l’a découverte, l’a sortie du royaume du mystère et en a fait un serviteur humain obéissant. Dans son corps physique et ses fonctions, l’homme est captif de la nature; par exemple, il ne peut pas continuer son existence sans sommeil, une exigence de la nature; il doit prendre part à la nourriture et à la boisson, ce que la nature exige et exige. Mais dans son être spirituel et son intelligence, l’homme domine et contrôle la nature, le maître de son être physique. – Abdu’l-Baha, La Promulgation de la Paix universelle, p. 81.

Les êtres humains ont des âmes. Cet esprit anime nos corps et suscite l’intelligence qui rayonne de nos esprits. Par conséquent, bien que notre destin ultime puisse être décrété, nous avons certaines capacités à le contester et à nous créer un nouveau destin, compte tenu des bonnes conditions de conscience et de susceptibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.